2ème édition du Trophée Hannibal

Des perles rares au Trophée Hannibal 2010 (2nde édition)

C'est donc du 15 au 20 Octobre 2010, que s'est réunie une quinzaine d'amateurs de voitures historiques de compétition pour la 2ème édition du Trophée Hannibal.
Il s'agit d'une course de côte sur routes fermées qui s'est déroulée dans les environs de Hammameth. Les collines du Nord-est tunisien offrent de belles routes sinueuses à souhaits où les pilotes ont pu libérer les chevaux endormis jusque-là sous les capots, dans une ambiance courtoise de gentlemen-driver, et dans un environnement épicurien.
Le Trophée Hannibal a la particularité de mêler rigueur d'organisation et convivialité légendaire des tunisiens. Cet évènement est organisé par Kais Chaibi (www.lov-tunisie.com), à la tête d'une équipe de 25 personnes toutes passionnées d'automobile (commissaires de course, sécurité civile et équipe médicale).
Le but étant de prendre un plaisir rare à utiliser sa machine dans les mêmes conditions qu'à l'époque. Ceci dit, les 2 Ferrari, la Kurtis et l'Alfa Romeo 1750 GTV sont arrivées en tête dans un mouchoir de poche.

Mais revenons-en aux voitures car le plateau était exceptionnel. Parmi les Triumph, Morgan, Alfa Romeo, Fiat et autres Dino (en état d'origine), il fallait noter ces perles rares :

  • Une Ferrari 340MM Spyder de 1953, rarissime car seulement 5 exemplaires sont sortis de la carrosserie Vignale pour la Scuderia Ferrari de l'époque, sur les 11 exemplaires montés cette année-là. C'est un des rares à ne pas avoir été transformé ensuite en 375MM. Ce modèle se démarqua au Tour de Sicile, Mille Miglia (d'où le sigle "MM"), et au Mans. Son V12 4,1L développe plus de 300CV.
  • Une Ferrari Testarossa de 1957, une magnifique scupture sur roues, sans doute la plus belle des Testarossa. Elle est magnifique sous tous les angles. Mais ce pur sang ne frise pas seulement la perfection au niveau esthétique, c'est aussi et surtout une machine très performante qui arrivera 2ème au Trophée.
  • La gagnante de ce Trophée 2010 fut une Kurtis 500 de 1950. C'est une sorte de Lotus Seven surdimensionnée et extrèmement redoutable. Spécifiquement conçue aux Etats-Unis pour les course de côte, cette auto, créée par Mr Kurtis fut produite à une quarantaine d'exemplaire. C'est une auto qu'il faut savoir "tenir", (un peu comme l'AC Cobra 427, l'originelle !). De conception très rustique et efficace, son big block de plus de 300 CV vous fournit des sensations étonnantes lorsque le champignon est écrasé. Neanmoins, c'est sans doute la sportive historique la plus confortable, dans laquelle mon fessier a eu l'honneur de se poser... conception US oblige...
  • Une vénérable Maserati 8C 3000 de 1932, une voiture à la sonorité envoutante et dont on perçoit visuellement son vécu : loin d'être en état concours, cette auto patinée par le temps, roule très souvent. A la moindre occasion, son propriétaire l'utilise intensément, car "elle est faite pour ça !".
  • Une Fiat 508S Coppa d'Oro, une Balilla coursifiée d'usine à l'époque . Impressionnante de nervosité et d'agilité, cette belle auto rompra son arbre de transmission pendant la course, en pleine accélération, dans un bruit de marteau-piqueur. Son propriétaire en sera bon pour réparer aussi le plancher et le tunnel de transmission (heureusement renforcé près du pilote).
En fait, il ne manque plus que quelques belles sportives historiques françaises pour parfaire ce plateau éclectique.
Pour être convié au prochain Trophée Hannibal, n'hésitez pas à contacter Kais Chaibi
Et pour ceux qui comprennent l'arabe, vous trouverez, en bas de page, le reportage de la TV nationale tunisienne.
Cliquez sur les images pour les agrandir
 

 

 

 

 

 

     

    

    

    

    

    

    




©Eric Hierro (textes & photos)